La gauche s’entre-déchire à Marseille comme à Saint-Etienne.

Alors qu’on a failli croire que les forces de gauche à Marseille allaient se présenter unies aux municipales, voilà que c’est l’explosion. Comme vous pourrez le lire dans l’article de Médiapart ci-dessous la stupidité et la force des égos a eu raison de l’union des forces de gauche qui semblaient pourtant prometteuse!
C’est un peu mieux qu’à Saint-Etienne où nous n’avons pas eu le loisir de croire à une union possible. En effet, EELV, derrière Olivier Longeon, a déclaré très rapidement vouloir faire cavalier seul. Et si PS, PCF, Radicaux de gauche et Génération S sont parvenus à faire corps et devraient intégrer de nombreux citoyens ils n’ont pas su se mettre en accord avec la FI. La raison invoquée par la FI et qu’ils refusent une tête de liste PS. Résultat des courses, nous aurons trois liste de gauche aux municipales et même 4 avec lutte ouvrière. Ainsi tous ces gens de gauche qui se disent à l’écoute des citoyens, se condamnent à l’échec, er même, prennent le risque en partant divisés qu’aucun ne se retrouve au second tour et laisse ainsi le champ libre à Perdriau!

Comment comprendre de tels agissements venant d’individus à priori normalement constitués, capables de raisonner et doués de raison. Ne s’aperçoivent-ils pas que par leur stupide division non seulement ils vont perdre les élections, pénaliser les stéphanois qui vont devoir à nouveau subir Perdriau et cerise sur le gâteau perdre définitivement notre confiance.

Voilà une raison supplémentaire de faire entendre notre voix les enjoindre de s’unir s’ils veulent réellement se mettre au service de l’intérêt commun!

Lire l’article de Médiapart ICI

Mouvement social sur les retraites

L’article de médiapart que vous pourrez lire ci-dessous me semble illustrer parfaitement la situation politique que nous retrouvons à Saint-Etienne par rapport aux municipales.

En effet ce mouvement social d’ampleur qui s’oppose à cette réforme des retraites peut-être à l’aspiration que de nombreux stéphanois ont à voir dégager Perdriau.

Mais pour dégager la réforme comme pour dégager Perdriau il faut une alternative crédible. Mais pas plus au niveau national qu’au niveau local on ne voit poindre cette alternative crédible. Ces gauches divisées, ces écolos qui la jouent cavaliers seuls ont beaux s’agiter, se montrer tant qu’ils resteront divisés, incapables de se rassembler pour porter un projet commun ils ne feront qu’aggraver le peu de confiance que le peuple a déjà dans les politiques. Ils ont chacun leurs « mauvaises » raisons au mépris de leur concitoyens car les belles promesses qu’ils nous font , nous n’en verrons jamais le jour car aucun n’arrivera au pouvoir seul.

Allons-nous attendre encore longtemps que ces braves gens s’entendent ou allons nous trouver une stratégie pour sortir de cette situation stupide. Ils ont tous le mot démocratie à la bouche mais souvent leur seul guide c’est leur égo.

Quand et comment allons-nous faire que la démocratie l’emporte. Il y a bien sûr les pistes citoyennes qui sont assez diverses entre celles qui rassemblent des citoyens réellement lambda et celles le maquillage d’autres groupes politiques qui souvent utilisent les gilets jaunes paravent mais ne sont-elles pas un facteur de divisions de plus et en aucun cas un espoir de victoire? Il y a peut-être une autre option à explorer que je vous soumets: appeler à la grève du vote et menacer tout.e.s ces femmes et hommes de gauche de ne pas aller voter s’ils et elles ne constituent pas une liste rassemblant pour moitié toutes les composantes de la gauche locale et de l’autre des citoyens sincèrement de gauche. (le sincèrement de gauche pourrait être attesté par le cooptage de 5 candidats encartés et la qualité de citoyen de gauche par le soutien d’un nombre à définir de citoyens).

Article de Médiapart sur la stratégie de LFI pour les municipales

Cet article donne éventuellement quelques éléments de compréhension sur notre LFI locale qui a choisi de se fondre dans une liste citoyenne plutôt que de rejoindre une liste de gauche avec une tête de liste PS. Ce qui est tracassant à la lecture de cette article c’est qu’il est relativement crédible. Il y a plusieurs mois de cela (avant les élections européennes) de nombreux membres de LFI locaux étaient dans la logique de se lancer seul aux municipales en espérant que la gauche locale se rangerait derrière eux. A cette époque là il estimait avoir une réserve de voix importante chez les abstentionnistes notamment dans les quartiers populaires. Puis il y a eu le scrutin des européennes qui a refroidi ces ardeurs. Par contre difficile de comprendre qu’elles ont été les motifs du choix de la liste citoyenne plutôt que de rejoindre Saint Etienne Demain. Celui officiellement avancé est qu’il est hors de question de se ranger derrière une tête de liste PS.

Tout cela ressemble quand même bien encore à de la tambouille politico-politicienne. Comment arriver à s’en défaire?

Pour lire l’article de Médiapart c’est ICI

Municipales les vieux partis font de la résistance

Article de la Croix

Lyon (69). 02/10/2019. Présentation à la presse de la liste Les Républicains d’Etienne Blanc, ancien maire de Divonne les Bains et premier vice-président du Conseil régional, et de ses 9 têtes de liste, pour les élections municipales 2020
; intérieur; #NousCblanc; Nouscblanc; Lyon2020;
LR; candidat; candidate; tête de liste; droite; nouvelles têtes; parité; homme; femme; photo de groupe; ensemble; logo; LR; ObjectifLyon; objectif Lyon | ;